ACTUS

Défis et challenges sur les réseaux sociaux : décryptage d’un phénomène viral

Que ce soit sur Instagram, Facebook ou encore TikTok, les challenges et défis sont de plus en plus nombreux à occuper les internautes confinés depuis plusieurs semaines. Drôles, techniques, ou encore culturels, ils sont adaptés aux petits comme aux grands. Mais l’explosion de ce phénomène soulève bon nombre de questions quant à l’origine de ces chaînes, l’objectif de leurs initiateurs ou encore les risques liés à un tel usage numérique. L’équipe de TDM à enquêtée pour vous !

TOP 5 DES CHALLENGES DU MOMENT !

Le confinement, promoteur de créativité ? Dans ce contexte extrême, les internautes sont prêts à défier la toile pour ne pas céder à l’ennui. Voici un petit tour d’horizon des défis qui ont attiré l’attention de Trois de Maurevert et des étudiants. 

Challenge #1 : “Oh Na Na Na”

Le confinement a remis sur le devant de la scène certains défis créés il y a quelque temps maintenant. C’est le cas pour cette petite chorégraphie réalisée sur un extrait de la musique de Bonde R300 “Oh Na Na Na” à l’origine du nom du défi. 

Pas de secret, une bonne coordination, un bon jeu de jambes et un partenaire ayant le sens du rythme sont indispensables pour un résultat de qualité !  

Challenge #2 : “Baby Face” 

Le principe de ce défi est simple, très simple : publier une photo de soi enfant. L’objectif est de participer à un mouvement ‘’so cute’’ mais aussi faire preuve d’autodérision en partageant des photos plus ou moins flatteuses. Une règle d’or ? Ne pas oublier de tagger quelques noms sur la publication pour qu’ils partagent leurs photos à leur tour. 

Si l’implication en temps, en moyens et en créativité n’est pas exceptionnelle, ce challenge a pour mérite de faire remonter à la surface des souvenirs au temps de l’insouciance, d’ajouter un doux sourire sur de nombreux visages et d’entretenir un lien avec ses proches. 

Challenge #3 : “Pillow”

Ce défi, lancé initialement sur Instagram, consiste à porter un oreiller en guise de seul et unique vêtement. Libre à chacun, chacune d’accessoiriser sa ‘’tenue’’ à sa guise. Certains participants se révèlent être des pointures de la mode et proposent des looks travaillés, autour de ce simple oreiller.  

Ce challenge a-t-il comme objectif de rappeler qu’en ce temps de confinement il est préférable d’opter pour un oreiller et rester chez soi plutôt que de porter une robe de gala ? Dans tous les cas, les internautes redoublent d’imagination afin de détourner ce challenge. 

Challenge #4 : “Don’t rush” 

Don’t rush est le nom de la musique sur laquelle les internautes se mettent en scène dans un style lambda et décontracté, pour passer en un claquement de doigts à un look sophistiqué digne du tapis rouge. Plusieurs vidéos s‘enchaînent les unes après les autres pour faire en sorte que les internautes se passent l’ustensile magique (rouges à lèvres, pinceaux de maquillages …) et ainsi créer une continuité entre chaque vidéo. 

Bien qu’il soit apprécié des influenceuses beautés, les hommes se prêtent également au jeu et le principe même du challenge s’élargit à d’autres univers que les looks sophistiqués, par exemple avec des équipes de foot, des compagnies de danse … 

Challenge #5 : “Bring sally up” 

Tout comme le Challenge #1, ce dernier défi connaît une deuxième vie pendant le confinement. Sur la musique de Moby intitulée “Flower”, les sportifs amateurs ou confirmés ont pour objectif de réaliser des exercices de renforcement musculaire via une séance de squats ou de pompes notamment, guidés par les paroles de la chanson : “bring sally up, bring sally dawn”. 

Les challenges peuvent être source de motivation et d’astuces pour développer et/ou garder une activité physique pendant le confinement !  

Compte tenu de la diversité des défis rencontrés, chacun peut trouver celui qui lui correspond le plus ou celui qui lui permettra d’atteindre ses objectifs quels qu’ils soient : gagner des likes, augmenter son nombre d’abonnés, améliorer sa condition physique, s’occuper pour tromper l’ennui ou simplement suivre les tendances sans objectif apparent. 

‘’Maintenant, il faut se demander pourquoi : je choisis d’agir en connaissance de cause. En effet, la question de l’intention est au centre de tout. ‘’ idée que développe notre expert ci-dessous ! 

RENCONTRE AVEC TIMOTHY DUQUESNE : “Les défis sont des courants marins dans un océan de pixels”

Pour répondre aux nombreuses questions que soulève cet engouement pour les défis, nous avons rencontré Timothy Duquesne, scénariste, conférencier, formateur et auteur du livre L’avenir [des pixels] est entre nos mains, ouvrage qui invite les internautes à prendre conscience de l’impact des usages numériques. 

Bonjour Timothy, quel est votre avis sur les défis et challenges proposés sur les réseaux sociaux ? 

Pour commencer, je constate qu’il y a assez peu de questionnement par rapport à tout cela, or ce phénomène me fait me poser un certain nombre de questions. Il me semble judicieux qu’il y ait une véritable volonté de s’interroger sur ces usages numériques.  

Je constate qu’il existe plusieurs types de défis, certains sont culturels comme celui du Getty Museum Challenge, qui vise à recréer des tableaux de maîtres avec des objets du quotidien depuis chez soi. D’autres sont des “défis moutonniers”, nous les faisons car les autres les font, et le défi nous transforme ainsi en une foule. Enfin, certains sont avilissants, ressemblant même parfois à du bizutage et ne valorisent pas forcément l’individu. De plus, il existe des défis qui mettent en scène la personne et d’autres pas, l’incidence n’est pas la même, et cela devrait faire partie du questionnement”. 

Quel est le but recherché par les internautes qui “relèvent ces défis” ? 

Deux hypothèses sont possibles, la première serait de chercher une sorte de gratification à travers les réseaux sociaux, une façon de flatter son égo, ce qui en soi est déjà un usage répandu des Réseaux Sociaux puisque ces derniers sont conçus pour activer notre dopamine et créer de l’addiction. La seconde serait tout simplement de rechercher l’appartenance à un clan, et ainsi être à la mode du moment pour trouver une sorte d’acceptation sociale. 

Qui sont à l’origine de ces chaînes, et quels sont leurs objectifs ? 

Les premiers à profiter de cet engouement sont les réseaux sociaux qui hébergent les données, en effet, l’utilisateur va régulièrement consulter ses likes, répondre à des commentaires et augmenter la viralité de son post. Cela bénéficie également à toute l’industrie de la donnée qui recueille les informations partagées. C’est aussi utile pour une certaine presse en ligne en mal de clics qui s’empare du phénomène pour ainsi publier des articles, générer des clics, des revenus publicitaires et augmente en conséquence la viralité des défis décrits. Au final, les bénéfices ne sont pas forcément pour l’initiateur du défi, on peut ainsi se demander ce qui le motive à mentionner le mot “défi” lorsqu’il publie son initiative, au lieu de simplement la partager auprès de son réseau. 

Quels sont les principaux risques et que pouvons-nous faire pour les limiter ? 

Le risque est bien évidemment la captation des données qui sont générées par ces défis, telle que la reconnaissance faciale, les métadonnées présentes dans les photos… Pour limiter cela, il faut éduquer les internautes, bien que les plus jeunes baignent dans un univers numérique depuis leur naissance, ils ont entre les mains des outils d’une puissance inimaginable. La formation et l’éducation numérique est la clé tout en ne négligeant pas la notion de respect de soi-même. 

Enfin, pensez-vous que le phénomène puisse s’essouffler ? 

Les défis sont des courants dans l’océan des pixels qui prennent de la force au fur et à mesure, et sans une éducation au numérique qui aborde tous les enjeux, il y a peu de chance que cela ne s’arrête. Il me paraît crucial, pour tout ce que nous publions, de nous interroger sur l’intention qui nous anime. “Si j’identifie un courant, pourquoi je décide d’y mettre ma barque ? Pourquoi je choisis de servir d’exemple et incite les autres à relever le défi ? J’ai donc une responsabilité et il faut ainsi se poser la question : que vais-je réellement alimenter ?” 

Merci Timothy, et le mot de la fin ! 

Le numérique nous confère un “super pouvoir” dont nous n’imaginons pas toujours la puissance. En outre, une vie entière ne suffirait pas à explorer toutes les informations et les œuvres à même de nous éclairer et de nous aider à prendre de la hauteur. Nous traversons une crise sociale, sanitaire et économique : si on cumule le temps individuel et collectif passé à relever ces défis, on peut imaginer le temps qui aurait pu être consacré à des usages numériques “utiles” pour l’humanité. S’efforcer de sortir grandis de ce que nous traversons, n’est-ce pas plutôt là que réside le véritable défi auquel nous sommes confrontés ? 

Pour aller plus loin sur le sujet … 

Exerçons notre « super pouvoir » pour contribuer à l’avènement d’un monde [numérique] au service de l’humain et du vivant. 

L’avenir [des pixels] est entre nos mains est le fruit de plusieurs années de recherche, puis d’écriture. Cet ouvrage s’inscrit dans un projet plus large, qui vise à contribuer à des changements en permettant à chacun de prendre conscience de l’impact de nos usages et, plus généralement, de notre responsabilité quant au monde numérique que nous façonnons. Par souci de cohérence avec les messages dont il est porteur et de façon à pouvoir tisser un lien privilégié avec ses lectrices et lecteurs, l’auteur a choisi de rendre ce livre accessible en “circuit court”.  

Retrouvez donc l’ouvrage sur la boutique du site avenirdespixels.net 

——————————————————————————————————————–

Sources:

https://www.huffingtonpost.fr/entry/challenge-instagram-confinement-coronavirus_fr_5dca6db3e4b02bf57945a113

https://www.magazine-avantages.fr/les-meilleurs-challenges-des-reseaux-sociaux,190712.asp 

https://www.businessinsider.fr/challenges-skypero-memes-comment-tromper-lennui-sur-tiktok-instagram-twitter-ou-facebook-184133#le-baby-face-challenge-sur-instagram-va-vous-faire-retomber-en-enfance 

https://on-media.fr/2020/03/22/la-semaine-en-bref-du-16-mars-au-21-mars/?fbclid=IwAR1i6okMwM5446Kpk-nYJe_6bbYpUk1fVSmY52DLjfrDuPRLmxCnwOCDolc 

https://www.viepratique.fr/buzz/confinement-les-challenges-du-web-les-plus-droles-pour-contrer-lennui-622616.html 

——————————————————————————————————————–

© Léa Lesueur & Angélique Bisson

Défis et challenges sur les réseaux sociaux : décryptage d’un phénomène viral
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top