ACTUS

Les nouveaux métiers de la communication et du marketing

Véritable casse-tête pour certains ou réelle vocation pour d’autres, chaque année au mois de mars, l’heure du choix de l’orientation professionnelle de nombreux étudiants a sonné : entrée des choix sur Parcoursup, constitution des dossiers de candidature, démarche et inscription aux cursus et pour certains préparation des examens d’entrée. Bien que de plus en plus de filières fixent des quotas d’entrée, de nombreuses autres proposent des cursus qui se spécialisent permettant de former des étudiants à un marché professionnel en perpétuelle mouvance et évolution : la création de nouvelles formations permet donc de répondre aux besoins naissants de celui-ci. De ce fait, de plus en plus d’étudiants se tournent vers le domaine de la communication et du marketing, d’une part car la filière bénéficie d’une meilleure reconnaissance depuis ces dernières années, mais également de par son rôle majeur dans la stratégie digitale d’une entreprise.

Vous aimez les relations humaines ? Vous maitrisez les nouvelles technologies ? Vous aimez le changement ? Travailler en équipe ? Vous êtes disposez de bonnes qualités rédactionnelles ? Alors la communication et le marketing sont faits pour vous ! 37 % des contrats sont liés à ces métiers, dont des CDI (baromètre de l’Emploi des métiers marketing et communication, par l’Observatoire Com Media). Toutes structures et tous diplômes confondus, le nombre de formations en marketing s’élève à 2138, pour 2219 en communication (Formations référencées sur le site Diplomeo). En 2019, plus de 54 800 projets d’embauches étaient recensés en Ile-de-France (RejionsJob) … Le domaine de la communication et du marketing offre donc de nombreuses possibilités d’avenir pour des étudiants en recherche de formations.

Si la communication et le marketing, ainsi que tous les secteurs qui y sont rattachés, comme par exemple le design et la création graphique, la publicité ou bien les datas, ont longtemps été des activités complémentaires ou bien du ressort d’agences spécialisées. Le spectre d’activité s’élargit petit à petit avec des services dédiés dans les entreprises, des travailleurs indépendants comme des consultants ou même des influenceurs. De ce fait, on observe que le marché se diversifie en termes de domaines et d’acteurs.

Dans les métiers que l’on connaît bien maintenant, on reconnaîtra par exemple le community manager, profession qui a été notamment mise en lumière avec le scandale de la sortie du hijab dans certains pays par la marque Décathlon (lien article Damien Jubault et Simon Hammelin, 2019) ou l’étonnante proximité créée par celui de la plateforme Netflix. La SNCF est elle aussi bien connu pour sa présence sur Twitter et leurs réponses instantanées : le métier bénéficie donc désormais d’une reconnaissance à part entière, mais de nouveaux métiers voient le jour et sont parfois encore méconnus du grand public.

L’image des métiers de la communication et du marketing

Tu passes pour celui qui passe son temps sur les réseaux sociaux ? Que ton travail n’est pas vraiment sérieux ? Et en plus tu es le community manager ? Ces nouveaux métiers restent pour beaucoup de personnes inconnus ou alors très flous. Ne connaissant pas les compétences requises et les réels enjeux, l’entourage ou encore les collègues pensent que certains métiers consistent uniquement à poster quelques messages sur les réseaux sociaux et interagir avec sa communauté : en clair, passer du bon temps et non mettre en place une réelle stratégie marketing !

Longtemps sous-estimés et réduits à du simple partage de contenu sur les réseaux sociaux, l’image des métiers de la filière a donc tendance à évoluer. La communication s’impose comme un incontournable de la réussite d’une entreprise : en effet sans communication, on ne se fait pas ou difficilement connaître auprès de sa cible. Les réseaux sociaux tiennent un rôle important dans cette réussite, et chacun d’eux ont un but bien précis. LinkedIn permet à ces métiers en particulier de mieux se faire connaître et met en valeur les compétences requises. Facebook permet d’avoir une présence sur Internet et fait office de vitrine virtuelle pour l’entreprise, parfois en complément du site Internet s’il existe. Instagram est très utile pour des contenus visuels travaillés. YouTube permet de diffuser des vidéos plus longues que sur les autres plateformes (présentation, interviews, FAQ, etc.). Et enfin Twitter permet quant à lui de développer une véritable relation avec la communauté avec des réactions en direct qui paraissent moins travaillées et donc plus spontanées.

Nous pouvons donc voir que les nouveaux métiers et en particulier concernant les réseaux sociaux, sont très souvent incompris par certains qui ne mesurent pas leur importance. Une méconnaissance est souvent à l’origine de ces clichés mais ils tendent à être déconstruits grâce à l’expression des professionnels sur Internet.

Décryptons ensemble les nouveaux métiers de la communication et du marketing

Aujourd’hui en pleine transition digitale, la communication et le marketing font désormais partie intégrante de la stratégie d’une entreprise : de nouveaux besoins ont donc fait leur apparition, ainsi que de nouvelles compétences dorénavant recherchées par les recruteurs (qualités rédactionnelles, référencement, veille stratégique, analyse des datas, e-réputation, intelligence artificielle, nouvelles technologies…).

On comptait en 2018 4,54 milliards d’internautes d’après un rapport réalisé par We Are Social et Hootsuite 1, soit la moitié de la population mondiale. De plus en plus de personnes connectées génèrent indubitablement une quantité toujours croissante de contenus partagés sur Internet ou les réseaux sociaux, avec la problématique des faux comptes ou des plus jeunes qui se connectent de plus en plus tôt par exemple. Ainsi, afin de répondre à la demande croissante de communautés toujours plus nombreuses, de nouvelles problématiques apparaissent et les entreprises doivent s’adapter aux nouveaux besoins, comme celui de trier et nettoyer les contenus postés par les internautes. Ce métier n’est pourtant pas nouveau, les réseaux sociaux existant depuis maintenant plus d’une vingtaine années. Les entreprises tentent de garder secret, la face cachée d’Internet mais elle révèle du contenu qui peut être haineux (harcèlement, discrimination,…), violent, à caractère sexuel, etc. Qui n’a pas sa place sur des communautés parfois très jeunes. Sarah Roberts en a fait l’objet de son étude “Behind the Screen” en 2010 en recueillant des témoignages de content reviewers. Ces travailleurs de l’ombre qui à force d’être confrontés à du contenu choquant, en subissent parfois les conséquences, ce qui pousse à s’interroger sur l’impact sur leur santé mentale : stress post-traumatique, déprime, choc émotionnel, etc. Ainsi, les formateurs leur conseillent vivement d’être suivis et accompagnés par des psychologues. Si le métier est si peu connu, c’est que des entreprises comme Facebook font appel à des sous-traitants pour déplacer cette charge en créant une distance entre le client et les modérateurs de contenu, à la fois morale et éthique.

Car si ce travail de tri permet de nettoyer le web, il permet également de collecter des données qui seront utilisées plus tard pour enrichir et préciser les algorithmes d’analyse des intelligences artificielles qui prendront le relais. Les données numériques des utilisateurs sont pour l’instant étudiées par des spécialistes data, comme le Data Scientist ou Analyst, des termes empruntés à l’anglais, qui traitent tous les deux des données mais avec des objectifs différents : le premier les analysent massivement et pourra dresser des statistiques, alors que le second les utilisent dans un objectif précis. Ces métiers sont extrêmement importants dans la mesure où de plus en plus de données sont collectées sur les internautes, et permettent d’avoir une meilleure connaissance de leurs comportements en ligne. Ils servent également les besoins des entreprises qui évaluent la pertinence de leur stratégie établie au regard des résultats obtenus.

De manière générale, certaines spécialisations des différentes branches de la communication et du marketing sont donc devenues des métiers à part entière, et ce grâce notamment au développement des nouvelles technologies avec une transition digitale à grande échelle puisqu’elle touche les entreprises de toutes tailles.

La digitalisation des entreprises a donc rendu nécessaire la professionnalisation du référencement, l’e-réputation, le traffic management ou bien encore l’UX ou l’UI design, en français la conception et l’optimisation de l’expérience et l’interface utilisateur sur le site Internet. De nombreuses personnes ont donc fait de ces différentes compétences leur profession pour répondre aux besoins des entreprises.

Le trafic généré sur les réseaux sociaux et le site Internet grâce au référencement réalisé en amont doit lui aussi être suivi et analysé en continu par un professionnel qui saura identifier les problèmes et trouver des solutions. Le travail d’e-réputation est également extrêmement important puisqu’il permet de veiller à ce que l’entreprise ne soit pas prise au milieu d’un scandale par exemple.

Cette transition digitale a également impacté le secteur des nouvelles technologies, que les entreprises s’offrent parfois, les rendant donc accessibles au plus grand nombre : le développement de l’Intelligence Artificielle (IA), qui sont des robots ou algorithmes qui offrent une expérience personnalisée aux clients, la réalité virtuelle ou même l’impression 3D de certains produits a nécessité l’apparition de spécialistes dans ces domaines d’activité.

L’Intelligence Artificielle peut prendre la forme de chatbots, de recherche vocale, dont Comscore avait d’ailleurs anticipé que 50% des recherches seront faites vocalement d’ici 2020, et parfois de recommandations et de publicités ciblées en fonction du profil de l’internaute. La réalité virtuelle permet de jouer à un jeu comme si on y était, ou bien d’essayer des lunettes ou des vêtements à distance, et même de faire vivre des expériences de toutes sortes : conduire une voiture, sauter en parachute, etc.

Ainsi si Gartner avait prédit que 85% des interactions d’une entreprise avec sa clientèle se produiront sans contact humain, la digitalisation de certains métiers et notamment dans le domaine de la communication et du marketing offre des possibilités plus souples et permet de faciliter l’aménagement et l’organisation du télétravail qui démontre d’autant plus son utilité dans un contexte comme la période difficile que le monde traverse actuellement.

—————————————————————————————————————————————————————

https://www.jobibou.com/blog/barometre-des-metiers-dans-la-communication-les-jobs-prometteurs-en-2019 fbclid=IwAR07Z09InhIyGIJbJdD9stLcD1MLkB8zKOsAJMQ1OdtHSmRnGXEZPvXuHWY

https://www.france.tv/france-2/cash-investigation/1066737-au-secours-mon-patron-est-un-algorithme.html Nettoyeur du web

https://www.youtube.com/watch?v=kv8RFAphI4Q 1

https://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/1071539-nombre-d-internautes-dans-le-monde/ 2 https://www.blogdumoderateur.com/chiffres-facebook/

——————————————————————————————————————————————————————

© Clara Chauchard & Gaëlle Denis

Les nouveaux métiers de la communication et du marketing
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top