ACTUS

Quels impacts la musique a dans votre quotidien ?

Les bienfaits de la musique : vecteur d’une identité culturelle, sociale, fédératrice et antistress pendant les exams.  

La musique est fédératrice depuis… et bien depuis la nuit des temps. Pour sonner la charge, motiver les troupes, pour faire une entrée en scène, elle est le gage d’une véritable identité culturelle et sociale. C’est aussi un formidable moyen de s’évader, dans des contextes anxiogènes, comme en ce moment pendant le confinement, ou durant les périodes d’examens par exemple, car elle peut aider les étudiants à se détendre. Mieux, c’est un formidable moyen de mémorisation. Focus sur un art qui n’a que des bonnes notes. 

Photo Wes Hicks on Unsplash

La place de la musique dans notre quotidien

Vecteur de votre identité sociale et culturelle

Vous fredonnez un air à tue-tête et vous vous dites : « ah j’adore cette chanson ! », vous la chantez sous la douche, dans la rue, ça vous donne le sourire. Vous la susurrez à votre Valentin ou Valentine et immédiatement, ses yeux pétillent. Vous vous retrouvez dans une soirée et vous hurlez entre potes une musique que vous aimez tous et dont vous connaissez les paroles par cœur ? C’est normal, c’est que la musique a une part importante dans notre quotidien et elle est représentative d’une réelle identité sociale et culturelle. Focus sur un art, vecteur identité sociale au quotidien.  

Photo by PIXABAY

En fait, la musique est à la fois un art qui permet de rassembler des masses (que ce soit des hymnes, des musiques iconiques, des musiques poignantes et symboliques, comme le titre de Brel repris par Camelia Jordana, Nolwenn Leroy et Yael Naïm lors des attentats de Paris par exemple), et donc les unifier sous une même bannière, une même cause. Et en même temps, la musique est aussi là pour exprimer son identité, notamment à travers un genre musical qui lui est propre. Elle donne vie à des styles (Grunge dans les années 80-90, auparavant les Punk en Angleterre, les Hippis, etc). Elle est porteuse de représentations et de codes particuliers que l’on met sur ses vêtements, sur sa peau même parfois. La musique, c’est la liberté d’être quelqu’un à travers une communauté, c’est appartenir à une cause plus grande que soi, avec les mêmes marqueurs identitaires socio-culturels. La musique fédère car elle est universelle, elle ne connaît pas de stigmatisation, de racisme, de genre, d’âge, de langue, elle rassemble sous les mêmes codes et les mêmes références, la même philosophie parfois. Adopter ses codes, suivre son style, c’est marquer son appartenance à une communauté et ainsi signifier tout ou partie de son identité. Mais la musique est aussi un formidable élément pour fédérer et rassembler les masses lors d’événements anxiogènes, comme une catastrophe par exemple (les attentats de Paris, on l’a dit) ou plus récemment, c’est un moyen d’expression utilisé à de multiples reprises pour s’évader pendant le confinement face à la crise sanitaire du Covid19.

Ne sortez pas de chez vous, évadez-vous, évadez votre esprit… en musique !

Photo by Anthony Tran on Unsplash

La musique permet de créer une solidarité en ces temps délicats où la peur envahie nos rues, nos vies, où parfois elle emporte nos proches… L’épidémie a placé le pays dans la torpeur, a glacé d’effroi ses habitants et elle nous a obligé à rester confiné chez nous. En appartement ou dans sa maison avec jardin, seul ou en famille, il est vital de s’évader et de rester au contact avec les autres car c’est le contact qui permet de rester en vie. Rien ne peut être fait dans la solitude, disait Picasso.  

Que ce soit pour nous divertir, nous réconforter, nous faire rire, ou nous informer (oui, parfois), elle joue un rôle essentiel dans la vie des gens. Elle permet aux gens de s’échapper de leur quotidien parfois morose, coupe de la routine et de l’ennui qui, chemin faisant, s’installe au sein des foyers. En Italie, en Espagne, en France, partout dans le monde, on vient au balcon, le plus souvent à la nuit tombée, et on chante son désarroi, sa peur, mais aussi son amour, sa joie. On chante pour vivre et pour ne plus être seul.  

Il est vrai que des centaines de rassemblements ont été annulés pour cause d’épidémie et de crise sanitaire. Des festivals, des concerts, des moments de rassemblements, de joie et de partage annulés parce que la peur s’insinue dans la vie des gens, dans la vie de tout un pays. Cela fait vaciller des pans entiers de l’économie, et l’industrie du spectacle en première ligne.  

Alors on fait quoi ? Eh bien on s’adapte pardi ! Des artistes proposent des concerts depuis chez eux, qu’ils diffusent en streaming sur les réseaux sociaux ou les plateformes vidéo. M depuis son studio nous a fait chanter, Bob Sinclar nous a fait danser, le Métropolitain Opera de New York offre ses opéras en streaming. Plus récemment, l’Orchestre National de France nous a magnifiquement interprété, par l’intermédiaire de ses musiciens confinés chez eux, l’air du Boléro de Ravel, universellement connu.  

Et puis il y a les inconnus, les anonymes, les chanteurs en herbes, les non-professionnels qui veulent chasser l’ennui ou réconforter ceux qui sont tristes, ceux qui sont seuls, ceux qui souffrent, ou donner du courage au personnel soignant, et à tous ceux qui continuent d’aller travailler pour que nous ne manquions de rien, une manière de rendre hommage, de la plus belle des manières à ces héros de l’ombre. Alors on chante depuis les balcons, comme en Espagne ou en Italie, où les gens se rassemblent et chantent sur leurs balcons. On se rassemblent malgré le confinement. En Italie, on chante l’hymne national, on joue Bella Ciao, reprise dans une série très connue sur Netflix… En Espagne aussi où des policiers ont chanté pour les familles confinées chez elle. 

En France, comme chez ses voisins latins, des initiatives fleurissent. Que ce soit des chanteurs connus et reconnus, comme Stéphane Sénéchal, qui a chanté Caruso depuis sa fenêtre, d’anciens élèves du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris qui nous ont joué de belles mélodies, ou des inconnus qui, tous les soirs, comme un rituel, ont joué des morceaux pour leurs voisins, et pour eux même aussi. «  La musique, c’est la langue des émotions.  » (Emmanuel Kant).  

Mais comment expliquer cette nécessité universelle de se rapprocher vers la musique pour surmonter ce confinement ?

La science nous donne un élément de réponse : la musique joue sur notre humeur. En réalité, l’ensemble du système énergétique humain est extrêmement influencé par les sons.  

Photo by Gerd Altmann on Pixabay

Premièrement, la musique influence notre rythme cardiaque. Par conséquent notre pression artérielle change. Cela peut nous déstresser comme nous énerver. Selon la musique écoutée et les goûts de chaque individu, les effets ne sont pas les mêmes et peuvent être opposés. Certaines musiques dynamiques sont idéales pour vouloir se motiver, se sentir en forme car elles augmentent le rythme cardiaque. D’autres au contraire sont plus douces et vont vous relaxer, diminuer et espacer notre respiration. De nombreuses études ont démontré que paradoxalement à ce que nous pourrions croire, ce n’est pas le style de la musique qui a son importance, mais son rythme. Déjà lorsque nous étions dans le ventre de notre mère, la musique que jouaient les battements de son cœur avait une importance considérable. La mère n’étant pas uniquement reliée par le cordon ombilical au fœtus, ce dernier ressent toutes les émotions de sa mère par ses battements de cœur et son rythme sanguin.  

Deuxièmement, certaines musiques jugées « agréables » font secréter au cerveau de la dopamine à son écoute. La dopamine couramment appelée l’hormone du bonheur, diminue les risques cardiovasculaires et améliore votre espérance de vie. Moralité, voyez la vie du bon côté ! 

Ces vertus sont très largement connues et intégrées par beaucoup de secteur. Rares sont les enseignes qui n’utilisent pas une musique de fond dans leur magasin ou une identité sonore en plus de leur identité visuelle. Les domaines du bien-être, tel que les spa, salons esthétiques insèrent toujours une chanson relaxante pour maximiser la sensation de bien-être de leurs clients. Même le secteur médical s’y met : c’est la musicothérapie. Approche encore peu rependue, pourtant efficace pour détendre les patients avant les opérations, mais également atténuer la douleur en captant l’attention du patient. Cette méthode pourrait aussi faire ses preuves pour des pathologies comme l’épilepsie, la démence sénile et certains dysfonctionnements du système cardiovasculaire. Le métier de musicothérapeute existe en France mais n’est pas encore réglementé.  N’importe qui peut se déclarer musicothérapeute. 

Maintenant que vous connaissez les bienfaits de la musique pourquoi ne pas l’utiliser comme allier à l’approche des examens ?

C’est même le meilleur remède pour atténuer votre stress : rapide, facile d’accès, propose un grand choix d’offre et surtout, rentre dans le budget de tous les étudiants.  

Photo by Stocksnap on Pixabay

Avec l’approche de la fin d’année et des examens à passer voici nos 5 conseils à suivre, en musique.  

1 – Commencer par vous faire une playlist « détente » 

Rien de plus facile ; choisissez des musiques avec un rythme lent. L’idée est de choisir un morceau plus lent que le rythme cardiaque naturel qui est d’environ 72 battements par minute.   

Si vous n’avez pas le temps de vous créer votre propre playlist ou pas d’inspi, pas de panique, les plateformes de streaming musicales (Deezer, Spotify) en ont des tas. Vous pouvez également écoutez des podcasts musicaux sur le thème de la relaxation pendant vos sessions de travail. La chaîne YouTube ChilledCow propose un live h24 de « lofi hip pop radio » sur le thème de la relaxation pendant les études. C’est sympa, c’est doux et ça fait du bien. Tapez « lofi » dans la barre de recherche YouTube et vous pourrez avoir accès à des chaînes spécialisées dans les lives musicaux relaxants.  

2- Prenez le temps de bien vous détendre 

Pendant que vous écoutez la musique, respirez profondément pour évacuer le stress puis concentrez-vous sur votre respiration, en la laissant ralentir et devenir régulière.  C’est un peu comme de la méditation, mais en musique ! 

3- Pour travailler, faites le bon choix 

Tout dépend des personnes et de leurs habitudes. Certaines personnes aiment travailler en silence pour se concentrer et d’autre ont justement besoin d’un fond musical comme motivation. Cela dépend également du type de travail à réaliser. Si votre cerveau doit lire, écrire, communiquer avec les autres, la musique viendrait parasiter les circuits actifs. Même si vous avez l’impression d’être productif, vous ne serez pas en mesure de consacrer à votre tâche principale toute l’attention nécessaire. Mais si c’est un travail répétitif ou monotone, elle deviendra stimulante. Si vous choisissez de travailler en musique voici quelques choses à savoir : tout type de musique n’est pas propice à la concentration. Mieux vaut choisir une musique neutre, de préférence instrumentale. 

4- Inspirez-vous de Michel Sardou : « repassez vos leçons en chantant »  

En effet la musique favorise la mémorisation. Il est toujours plus facile de retenir les chansons que ses cours. Des Start Up l’ont compris et ont inventé des applications pour apprendre ses cours en chantant. C’est le cas de StudyTracks qui proposent du contenu pédagogique destiné aux collégiens. Il n’y a pas encore de contenu pour le lycée ou les études supérieures, mais vous pouvez essayer de le faire chez vous. Cette méthode permet d’apprendre sans trop d’efforts et en vous faisant plaisir. A vous d’être créatif maintenant. 

 5- Avant de vous lancerdonnez tout 

Écoutez des musiques plus rapides pour vous stimuler, vous motiver, vous donner de l’énergie pour la bataille. N’hésitez pas à augmenter le volume et DANSEZ ! Peu importe le ridicule si ça marche et que vous réussissez vos exams. 

Photo by Gillian Calisson on Pixabay

Alors, qu’attendez-vous ? Ne restez pas là, mettez vos écouteurs, votre casque, pousser l’enceinte à fond, lâchez-vous, faites-en profiter vos voisins, vos parents, vos enfants ! La musique adoucit les mœurs et aide votre esprit !

Voici quelques liens de chaînes sympa qu’on a sélectionné pour vous : 

https://www.youtube.com/watch?v=5qap5aO4i9A

https://www.youtube.com/watch?v=pH3xU1YcjaA 

https://www.youtube.com/watch?v=rA56B4JyTgI

https://www.youtube.com/watch?v=RgVs8mkgHSU

https://www.youtube.com/watch?v=DWcJFNfaw9c 

——————————————————————————————————————–

Sources :

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/cote-d-or/dijon/journee-europeenne-musicotherapie-1574916.html  

https://temps-action.com/7-conseils-pour-utiliser-la-musique-contre-le-stress  

https://www.francemusique.fr/actualite-musicale/travailler-en-musique-qu-en-pense-la-science-790  

https://www.futura-sciences.com/sante/dossiers/medecine-aime-t-on-musique-929/page/7/?fbclid=IwAR2anjd7M9ZoE3C-mqITukOzIEY1wuKxMVU1efe5270-SthEZ9Ih70zzJeM 

http://charisme.over-blog.com/article-32882219 

https://www.franceculture.fr/emissions/les-idees-claires/la-musique-expression-didentites-collectives 

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-21-avril-2020-0 

https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-ces-policiers-tentent-de-redonner-le-sourire-aux-confines_fr_5e7745b7c5b6f5b7c545eb10 

https://www.francemusique.fr/musique-classique/la-vie-des-ensembles-au-temps-du-confinement-8270 

——————————————————————————————————————–

© Maxime Thebaud & Philippine Vabres

Quels impacts la musique a dans votre quotidien ?
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top