TENDANCES

Foodporn: une tendance qui fait des dégâts

Le Food Porn est un phénomène qui désigne le fait de partager des photos de plats sur les réseaux sociaux. 

Le point commun de ces images ?

Mettre en valeur les aliments, dans le but de rendre les plats appétissants : le “foodie” (amateur de bonne cuisine) les immortalise et les magnifie ainsi sous un éclairage flatteur de manière à exciter les papilles sans les assouvir. 

D’après un journaliste américain, « les aliments ainsi photographiés sont tout aussi irréalistes que les images dites pornographiques. Les aliments sont starifiés, exagérés, magnifiés, mais aussi sublimés par les filtres, comme si l’estime de soi-même passait aussi par la beauté des plats ingurgités.”


Les origines du Food Porn ne datent pas d’hier puisque la première utilisation de ce terme remonte en 1977 dans une critique du livre de Paul Bocuse qui employait le mot de « gastroporn ». Par la suite, Rosalind Coward, auteur et journaliste, parle de « food pornography » dans son ouvrage « Female Desire » pour symboliser la façon dont les magazines mettent en valeur la nourriture. Enfin, à partir des années 80, ce procédé photographique s’est étendu à la vidéo et les publicitaires l’ont utilisé pour rendre très esthétique les ingrédients de manière quasi-érotique.Aujourd’hui, ces images inondent la toile, la nourriture serait le 3ème sujet préféré sur les réseaux sociaux ! Identifié plus de 242 Millions de fois sur Instagram, #FoodPorn est passé d’un phénomène culinaire à un phénomène social. C’est une tendance en constante évolution partout dans le monde qui a découlé naturellement de la tendance plus généraliste des photos culinaires sur Instagram. L’amélioration des technologies permet aujourd’hui à tout un chacun de réaliser de magnifiques clichés grâce à des filtres et des réglages toujours plus performants.  Une mise en lumière de la nourriture qui procurerait selon la journaliste gastronomique Nathalie Helal dans son ouvrage Même les légumes ont un sexe « un plaisir visuel qui provoque à la fois excitation et fascination » aux spectateurs.

Source : freepik.com

Mais alors pourquoi le Food Porn attire autant ?

Le Food Porn n’est pas du porno, pourtant, comme son nom l’indique, il en emprunte les codes et répond aux mêmes règles. L’objectif des images pornographiques ? Provoquer une forme d’excitation et susciter du plaisir par l’image. Pour le Food Porn c’est pareil ! 

Il s’agit de susciter le désir auprès de l’auditoire, de provoquer l’envie et d’inviter à l ‘expérience des sens par une présentation sexy de la nourriture. Une profusion de visuels spectaculaires, jouant sur la surabondance, voire sur l’excès et l’obscène. Tels sont  les codes utilisés, décuplant ainsi les sens, l’excitation, le désir et  l’appétit. Mais n’oublions pas que donner envie, c’est déjà suggérer une satisfaction accessible.

Comment donc contenter son cerveau frustré autrement qu’en lui apportant ce qu’il désire par la vue ? 

Saviez-vous que votre cerveau est l’organe le plus assoiffé de sang de votre corps ? Il utilise à lui seul environ 25% de votre flux sanguin alors qu’il ne représente que 2% de votre masse corporelle. Ce petit organe a évolué de décennies en décennies pour réussir à trouver de la nourriture, jusqu’à en arriver à inventer des méthodes de production industrialisée de sorte à ne plus en manquer. Il n’est alors pas surprenant que les plus fortes augmentations du flux sanguin cérébral se produisent lorsqu’un cerveau affamé est exposé à des images d’aliments désirables.

Mais même si les calories ne peuvent pas s’absorber par la vue, et que contempler de telles images semble être un geste innocent, il n’en demeure pas moins que cette avalanche de posts de Junk Food constitue un réel risque.  

En effet, une étude sur l’activité cérébrale a été réalisée par le professeur spécialiste des  perceptions multi sensorielles liées à l’alimentation, Charles Spence de l’université d’Oxford.

Selon lui, visionner des clichés Food Porn inciterait à manger davantage car les mécanismes de retenue intrinsèques, qui nous poussent à manger avec modération, seraient altérés. Charles Spence a publié cette conclusion après avoir analysé les études sur les répercussions d’images de nourriture sur le cerveau et les réponses psychologiques et physiologiques qui s’en suivent.  

Les images alléchantes seraient donc mauvaises pour la ligne, car selon lui « De telles images consommées à répétition pourraient exacerber notre désir de manger, même en l’absence de faim, nous pousser à manger plus que de raison et, ultimement, nous faire grossir ». 

Source : reddit

Il est vrai que l’action de se nourrir implique tous les sens, et particulièrement celui de la vue.  La perception visuelle activerait différentes zones telles que les régions du cortex préfrontal associées au goût et à l’odorat. Mais aussi le cortex orbitofrontal responsable du système de récompense visant la satisfaction des besoins fondamentaux comme manger, boire et se reproduire. Enfin, plus surprenant, il serait aussi à l’origine des mécanismes liés à la prise de décision et à la maîtrise de soi. Tous ces mécanismes intrinsèques seraient à l’origine de 

pulsions et d’envies. Ils conduiraient, à force de sollicitations visuelles trop fréquentes, à la surconsommation alimentaire. 

Le réel problème avec la tendance du Gastro Porn, c’est que les images utilisées sur les réseaux sociaux mettent en avant des plats gras, aux aliments ultra caloriques et en quantité indécente. Le message sous-jacent est donc que l’extase culinaire ne pourrait être apportée que par ce type de nourriture. Une telle abondance de photos Food Porn a entraîné un phénomène de normalisation de la Junk Food, voire même un effet de sacralisation de la nourriture. C’est pourquoi de nombreuses études montrent que les individus les plus exposés au food porn ont tendance à choisir les aliments les moins bons pour la santé. Et cela est particulièrement vrai chez les jeunes qui sont très influencés par la culture web dès le plus jeune âge.

Une autre dérive de ce phénomène est soulevée par Valérie Taylor, chef du service de psychiatrie au Women’s College Hospital à l’université de Toronto. Cette omniprésence de la nourriture sur internet pourrait causer des troubles alimentaires et des obsessions pathologiques. « J’ai des patients pour qui la nourriture est devenue problématique et il leur est difficile de sortir sans parler d’autre chose que de ce qu’il mange, quand il mange, le moment où ils vont de nouveau passer à table ». Elle soulève le fait que l’humain photographie instinctivement des choses qu’il considère importante, qui lui procure une émotion. Or, pour certaines personnes, la nourriture devient centrale et tout le reste, que ce soit le lieu, les personnes (etc.) ne fait plus que partie du décor.

Malgré ces dérives et alors que les organisations de santé publique tentent de raisonner l’alimentation et de rééquilibrer les assiettes, des entreprises surfent sur cette vague de calories.

L’un des exemples le plus explicite d’incitation à la surnutrition vient du site lavantgardiste.com qui commercialise toutes sortes de produits originaux et inattendus. En 2018, est publié un article sur le site pour promouvoir la commercialisation d’une box Food Porn remplie de confiseries venant tout droit des Etats-Unis. Sa communication autour de cette box est pour le moins explicite puisque l’on peut lire sur leur page web « Elle débarque pour le plus grand plaisir de vos bourrelets et va envoyer du pâté ! Parce que plus c’est gras, mieux c’est, voici rien que pour vous la Box Food Porn, 100% bourrage de panse pour vivre d’amour et de graisse » ou encore « prépare ton estomac, ça ne va pas être de tout repos. Du gras tu voulais, du gras tu vas avoir ». 

Manger 5 fruits et légumes par jour !

A l’heure où le message phare des campagnes de santé publique vise à encourager la population à adopter un mode de vie sain et équilibré, l’ère de la Junk Food, l’abondance de nourriture transformée disponible et, à présent, la tendance baptisée Food Porn contribue à l’obésité des Français et notamment des jeunes (près de 17 % des adolescents Français en surpoids et plus de 5% d’entre eux obèses – étude du Ministère de la Santé). 

Gageons que la tendance autour de la valorisation des plats healthy contrebalancera les risques liés à la Food Porn…


Marine FAUQUET est étudiante en Master 2 Marketing et Communication à l’E2SE à Caen en alternance où elle termine actuellement son mémoire de recherche sur « La marque employeur comme outil de communication externe ».


Slate: Le food porn n’est pas né avec le smartphone, il a au moins 500 ans
http://www.slate.fr/story/121331/food-porn-500-ans
FIV: Social média hype foodporn, conseils pour la pornographie alimentaire
https://fivmagazine.fr/social-media-hype-foodporn conseils-pour-la-photographie-alimentaire/
Précision nutrition: All About Food Porn
https://www.precisionnutrition.com/all-about-food porn
Resto connexion: Le Food Porn, c’est quoi ?
https://www.restoconnection.fr/definition-food-porn decryptage/
Wikipédia: Pornographie alimentaire
https://fr.wikipedia.org/wiki/Pornographie_alimentaire
Dpont Lewis: C’est quoi le foodporn ?
https://www.dupontlewis.com/popcorne/cest-quoi-le foodporn/
Libération :Orgie de «food porn» sur les réseaux sociaux
https://www.liberation.fr/futurs/2016/07/29/orgie-de food-porn-sur-les-reseaux-sociaux_1468901/
Delicious living: Beware the dangers of food porn
https://www.deliciousliving.com/health/beware dangers-food-porn/
The good men project: The Danger of Food Porn
https://goodmenproject.com/featured-content/the danger-of-food-porn/
Daily Beast: The Real Dangers of Food Porn
https://www.thedailybeast.com/the-real-dangers-of food-porn
Dose: Why food is bad according to a nutritionist
https://whateveryourdose.com/why-food-porn-is-bad according-to-a-nutritionist
Le point: « Food porn » : le coup de gueule des chefs
https://www.lepoint.fr/societe/pornfood-le-coup-de-gueule-des-chefs-14-02-2014-1791950_23.php
Michel Tanguy: Où sont les limites de la food porn ?
http://micheltanguy.com/ou-sont-les-limites-de-la-food-porn/
Myam: Food porn, quand l’image fait saliver
https://www.myyaam.com/blog/2015/07/30/tendance-foodporn quand-limage-fait-saliver/
Madmoizelle: Le foodporn et moi, de l’amour à la haine
https://www.madmoizelle.com/foodporn-moi-entre-amour haine-412819
Malou: L’influenceur : roi de la communication pour les restaurants
https://malou.io/influenceurs-nouveaux-rois-communication restaurants/
L’avant gardiste: La Box Food Porn débarque pour te péter le bide
https://www.lavantgardiste.com/blog/2018/11/05/top-5-la-box foodporn/
GQ: Foodporn: la bouffe est elle le nouveau porno?
https://www.gqmagazine.fr/lifestyle/food/articles/foodporn-la-bouffe-est-elle-le-nouveau-porno/14364
Open minded: On a trouvé la pire page food porn
https://www.opnminded.com/2017/06/08/instagram-food-porn pire-page.html

Foodporn: une tendance qui fait des dégâts
To Top